Chroniques précédentes

L’éternel mythe de Sisyphe
2 juillet 2013
La route ou la rue
12 janvier 2013

À votre santé

31 mai 2007

À votre santé

Parmi les agréments de la vie, boire un verre – belle métonymie – prend une place de choix, à la fois symbole de convivialité, de joie de vivre et de partage. L'importance de ce geste nous amène dans un univers qui, pour connu qu'il soit, comporte néanmoins une diversité qu'il est intéressant d'explorer, mais qui n'est pas toujours facile à démêler. C'est donc à un rendez-vous terminologique autour du verre que nous vous convions aujourd'hui.

Il va sans dire que les œnologues et les spécialistes de la dégustation ont des exigences terminologiques qui dépassent les besoins de la langue courante. Nous allons donc tâcher de dégager les usages dominants, sans perdre de vue que les appellations peuvent varier d'un fabricant à l'autre, et souvent même d'une catégorie d'usagers à l'autre.

 

L'univers du verre

Pour circonscrire notre recherche, nous partirons du terme générique verre à boire, largement attesté dans l'usage, même si les dictionnaires sont peu loquaces à son endroit.

Sur le plan de la forme, les verres à boire se distinguent d'abord par la présence ou l'absence de pied. Dans le premier cas, on parle de verres à pied, plus rarement de verres sur pied; dans le second, de verres plats.

Le verre à pied peut affecter diverses formes, d'où les termes verre tulipe, verre ballon, flûte, coupe. Les verres plats présentent moins de fantaisie – il fallait s'y attendre! Ils se distinguent surtout par leur contenance.

 

L'importance de la destination

C'est par leur destination que les verres à boire ont tendance à mieux se différencier. On trouve ainsi trois grandes catégories principales : le verre à eau, le verre à vin, le verre à bière.

Pour l'eau

Le verre à eau de type courant est un verre plat, de forme cylindrique et d'une bonne contenance. Dans les services de table raffinés, le verre à eau peut être sur pied, mais son calice, ou coupe, conserve sensiblement la même contenance.

Pour le vin

Du côté du verre à vin, la moisson de termes est abondante au point qu'on risque de s'y perdre. Tenons-nous-en à l'essentiel. Il y a d'abord les appellations déterminées par le type de vin auquel le verre est généralement destiné. Pour nous en tenir aux termes les plus couramment utilisés, mentionnons verre à bordeaux (grand calice, cheminée droite), verre à bourgogne (calice plus petit, cheminée légèrement recourbée), verre à madère ou à porto (calice de petite contenance, cheminée droite, généralement utilisé aussi pour les vins de dessert). Le champagne, quant à lui, se sert généralement dans une flûte (calice étroit et allongé). Les mousseux peuvent aussi se servir dans des flûtes, mais on les sert souvent, comme les cocktails, dans des coupes (calice élargi).

Pour la bière

La variété des contenants pour le service de la bière est moins abondante, rançon peut-être de la nature prolétarienne de cette boisson! Il y a trois types principaux de verres à bière : la chope, le bock et le demi.

La chope est le type le plus courant de verre à bière. Il s'agit d'un verre plat, de forme cylindrique allongée, qui a une capacité d'un quart de litre. Le bock, aussi à fond plat et de forme cylindrique, a une plus grande contenance que la chope. De plus, il est muni d'une anse. Outre les bocks en verre, on trouve aussi des bocks en étain. Le demi était à l'origine d'une contenance d'un demi-litre, d'où son nom. Exigences économiques ou vertueuses? la contenance en a été réduite, si bien que ce contenant se rapproche de sa cousine la chope. Dans les bistros et les tavernes, le demi est utilisé pour servir la bière-pression.

Pour les autres boissons

Les alcools se servent souvent dans un verre à whisky, quelle que soit la nature de l'alcool servi, gin, rhum, vodka, etc. Le verre à whisky est un verre plat, de forme cylindrique, d'une capacité de quelque deux cents millilitres. Quant au cognac et aux eaux-de-vie, on les sert généralement dans un verre ballon, sur pied, au calice rebondi et à la cheminée rétrécie. Pour clore la série, vient le verre à cocktail, coupe au calice élargi, qui sert aussi souvent pour les vins mousseux. Enfin, le benjamin de la famille, le verre à liqueur, se distingue par sa petite contenance étant donnée la force des boissons qu'on y sert : digestifs, liqueurs fines, etc.

 

Quelques notions connexes

Dans les franges du vocabulaire des verres à boire, deux termes retiendront notre attention. D'abord le mot dessous-de-verre, ou, localement, sous-verre, qui désigne un petit carré d'une matière isolante, destiné à protéger la surface sur laquelle on pose un verre. Rappelons qu'en français général, le sous-verre est un dispositif qui sert à protéger une photo ou un document. Il comprend un cadre, une vitre et un fond rigide.

Vient ensuite le support qui sert notamment au service des boissons. Ce support est désigné en français par le terme plateau. L'usage local très répandu de cabaret, en ce sens, est une subsistance d'un usage ancien que le Dictionnaire culturel en langue française (Rey, 2005) date de la fin du xviie siècle. Le Dictionnaire général de la langue française au Canada (Bélisle, 1957) consigne ce sens de cabaret sans marque d'usage, tandis que le Dictionnaire québécois d'aujourd'hui (Boulanger, 1992) signale que cet emploi est critiqué. Pour ma part je troquerais volontiers le cabaret pour le plateau.

Résumé de la terminologie des verres

Verres à eau : fond plat, forme cylindrique, grande contenance (exceptionnellement avec pied).

Verres à vin (sur pied)

1. Verre à bordeaux : grand calice, cheminée droite.

2. Verre à bourgogne : calice un peu plus petit, cheminée légèrement recourbée.

3. Verre à madère ou à porto : petit calice, cheminée droite; peut servir pour les vins de dessert.

4. Flûte à champagne : calice étroit et allongé.

5. Verre tulipe : calice à la cheminée légèrement recourbée; sert surtout aux dégustations.

Verres à bière

1. Chope : fond plat, forme cylindrique, capacité d'un quart de litre.

2. Bock : fond plat, forme cylindrique, anse, capacité d'un demi-litre.

3. Demi : fond plat, forme cylindrique, capacité inférieure à un demi-litre; sert surtout pour la bière-pression.

Verres utilisés pour d'autres boissons

1. Verre à whisky : fond plat, forme cylindrique, capacité de deux cents millilitres.

2. Verre ballon : verre à pied, calice rebondi, cheminée rétrécie; sert pour le cognac et les eaux-de-vie.

3. Verre à cocktail : verre à pied, calice évasé; sert aussi pour les vins mousseux.

4. Verre à liqueur : verre à pied, calice de faible capacité; est utilisé pour les liqueurs fines.

Références

BÉLISLE, Louis-Alexandre. 1957, Dictionnaire général de la langue française au Canada, Québec, Bélisle éditeur, 1390 p.

BOULANGER, Jean-Claude (sous la direction de). 1992, Dictionnaire québécois d'aujourd'hui, 2e édition, Saint-Laurent, Dico Robert, 1274 p.

REY, Alain (sous la direction de). 2005, Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 4 vol.

Robert Dubuc

Le 31 mai 2007

Attention - Votre version d'Internet Explorer date d'au moins 12 ans et n'est plus compatible avec le site de Linguatech. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.

Vous utilisez présentement Internet Explorer 8, un navigateur web désuet vieux de 8 ans. Notre site peut ne pas bien fonctionner sur cette version. Pensez à mettre à jour votre navigateur : Firefox, Chrome, ChromeFrame.