Chroniques précédentes

L’éternel mythe de Sisyphe
2 juillet 2013
La route ou la rue
12 janvier 2013

"Ça l'a..." ou la peur du hiatus

22 novembre 2010

Dans la langue parlée au Québec, reflétée souvent par les médias, on entend fréquemment, lorsque le pronom démonstratif ça est suivi d'un mot commençant par a ou une autre voyelle, un l euphonique pour éviter le hiatus. Exemples : "Ça l'avait" étonné le premier ministre. "Ça l'occasionnerait" une hausse de la taxe. "Ça l'éviterait" bien des ennuis. Ce l n'a aucune fonction grammaticale – pas plus que le t dans « Malbrough s'en va-t-en guerre... ». Cette peur du hiatus, palliée par l'introduction d'une consonne de liaison, n'est donc pas sans précédent dans l'histoire du français. On retrouve, d'ailleurs, le t euphonique dans la langue actuelle, à tous les niveaux, dans les formes interrogatives des verbes terminés par a, e et c, à la troisième personne. Exemples : Aime-t-il son travail? Viendra-t-il le temps où les guerres auront disparu? Le député convainc-t-il ses électeurs avec de tels arguments?

Mon bon Grevisse et Goosse1, toutefois, ne fait aucune mention du l euphonique entre ça et le mot qui suit, tel qu'on le retrouve dans la langue parlée au Québec. Le même ouvrage note pour le français général que « la langue parlée se préoccupe assez peu de l'hiatus (sic)2 ». Notre peur populaire du hiatus ne trouve pas d'écho en français contemporain. Cet usage, peu répréhensible au niveau populaire, est toutefois plus détonnant chez les professionnels de la communication, les politiciens ou les universitaires. Ils pourraient se distinguer par des scrupules d'un meilleur aloi.

 

Robert Dubuc

Le 22 novembre 2010

Attention - Votre version d'Internet Explorer date d'au moins 12 ans et n'est plus compatible avec le site de Linguatech. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.

Vous utilisez présentement Internet Explorer 8, un navigateur web désuet vieux de 8 ans. Notre site peut ne pas bien fonctionner sur cette version. Pensez à mettre à jour votre navigateur : Firefox, Chrome, ChromeFrame.