Chroniques précédentes

L’éternel mythe de Sisyphe
2 juillet 2013
La route ou la rue
12 janvier 2013

De soi-disant problèmes?

15 décembre 2008

Soi-disant, une expression que le Dictionnaire historique de la langue française (Rey, 1994) date du premier tiers du XVe siècle, a posé, au cours des ans, de petits problèmes auxquels il est intéressant de s'arrêter, car ils nous fournissent des échantillons du fonctionnement quelque peu aléatoire de la langue.

L'expression a été héritée du moyen français avec la variabilité du participe, qui s'est maintenue jusqu'au XVIIe siècle et dont on retrouve des occurrences sous la plume alerte de Mme de Sévigné. Depuis lors, l'Académie française a consacré l'invariabilité du participe, qui s'impose encore de nos jours.

La fidélité au sens originel, nous dit Le bon usage (Grevisse et Goosse, 2008, no 665), a amené l'Académie française à réserver l'application de soi-disant aux êtres doués de la parole. Quillet (Lemiaire, 1962), le vénérable, maintient cette restriction, tandis que le Multi (de Villers, 2003) se contente d'exprimer sa préférence pour le participe prétendu appliqué aux choses. Le Petit Larousse illustré (Garnier et Vinciguerra, 2008) souligne, pour sa part, que l'emploi adjectival outrepassant cette règle est critiqué.

Oubliant ses racines étymologiques, soi-disant a eu tendance à se substituer à prétendu devant un nom de chose ou d'animal, comme l'attestent de nombreux exemples cités par Grevisse et Goosse, notamment de Stendhal, Balzac, Hugo, Proust et Gide. Il en est de même pour l'emploi adverbial, par rapport à prétendument, devant un adjectif ou un adverbe. Ces grammairiens considèrent que la règle est contredite par le bon usage.

Continuant sa glissade évolutive au XXe siècle, soi-disant est apparu dans une locution conjonctive : soi-disant que, signifiant « sous prétexte que ». Exemple : Le premier ministre a soutenu cette mesure contraignante soi-disant qu'elle répondait à une volonté de ses électeurs. Le Nouveau Petit Robert (Rey-Debove et Rey, 2008) donne cette locution comme populaire, tandis que Hanse et Blampain (2005) la qualifient de familière.

Enfin mentionnons la cacographie "soit-disant", retrouvée sous quelques plumes autorisées, qui témoigne de l'oubli de la valeur étymologique de soi-disant tout autant que de la distraction de ces auteurs.

 

Conclusion

1° Il ne semble plus possible aujourd'hui d'interdire l'emploi de soi-disant appliqué à des êtres non doués de parole. Tant dans ses emplois adjectivaux qu'adverbiaux, la valeur ajoutée de « prétendu » et « prétendument » est passée dans l'usage normal. Exemples : un soi-disant échec; une mesure soi-disant contraignante; un acte soi-disant défendu.

2° L'invariabilité de soi-disant fait l'unanimité tant chez les grammairiens que chez les lexicographes et la très grande majorité des usagers, toute révérence gardée pour Mme de Sévigné.

3° La locution soi-disant que semble très peu usitée au Québec. Il n'apparaît pas souhaitable d'en stimuler l'utilisation, son apport expressif apparaissant plutôt mince.

 

Références

GARNIER, Yves et Mady VINCIGUERRA (sous la direction de). 2008, Le Petit Larousse illustré, Paris, Larousse, 1812 p.

GREVISSE, Maurice et André GOOSSE. 2008, Le bon usage, 14e éd., Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1600 p.

HANSE, Joseph et Daniel BLAMPAIN. 2005, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 5e éd., Bruxelles, De Boeck-Duculot, 650 p.

LEMIAIRE, Alain (sous la direction de). 1962, Nouvelle Encyclopédie du monde Quillet, Paris, Librairie Aristide Quillet, 17 vol.

REY, Alain (sous la direction de). 1994, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2 vol.

REY-DEBOVE, Josette et Alain REY. 2008, Le Nouveau Petit Robert de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2838 p.

VILLERS, Marie-Éva de. 2003, Multidictionnaire de la langue française, 4e éd., Montréal, Québec Amérique, 1538 p.

Robert Dubuc

Le 15 décembre 2008

Attention - Votre version d'Internet Explorer date d'au moins 12 ans et n'est plus compatible avec le site de Linguatech. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.

Vous utilisez présentement Internet Explorer 8, un navigateur web désuet vieux de 8 ans. Notre site peut ne pas bien fonctionner sur cette version. Pensez à mettre à jour votre navigateur : Firefox, Chrome, ChromeFrame.