Le traducteur encore plus averti

LAVALLÉE, François, 2016, XXII-312 p.
Préface de Jean Delisle.
Broché, 15 × 23 cm
ISBN 978-2-920342-72-9, 34,95 $
Livre numérique :
ISBN 978-2-920342-73-6, 27,96 $

Préface
Table des matières

Le traducteur encore plus averti

Pour sortir des ornières de traduction

Les traducteurs canadiens sont souvent empêtrés dans des interdits dogmatiques qui les paralysent, et manquent d’oxygène pour donner à leurs textes toute la liberté, l’éclat et le naturel qu’ils méritent, et auxquels les auteurs et les lecteurs ont droit. C’est souvent aussi, paradoxalement, une certaine méconnaissance de la langue d’arrivée – leur propre langue maternelle – qui les handicape, encore une fois en raison d’une formation axée plus sur les mises en garde que sur l’exploration des merveilleuses possibilités de cette langue. À l’affût depuis plus de trente ans de tous ces obstacles, et cherchant à les lever sans sacrifier une rigueur bien comprise et judicieusement appliquée, François Lavallée livre ici le résultat de ses nombreuses recherches et réflexions. C’est ainsi qu’on verra que la traduction de as n’est pas aussi simple qu’elle en a l’air, alors que la traduction de above pourrait l’être plus qu’on ne le croit. Que le mot on a sa place, mais pas n’importe laquelle, dans un texte administratif, et qu’on se trompe souvent en traduisant des mots simples comme on behalf of ou verify. Que l’animisme n’est pas toujours le monstre qu’on s’est fait décrire, et que la meilleure solution pour éviter le zeugme n’est pas toujours la recette apprise à l’école. Et, surtout, qu’il y a un tas de mots français utiles et efficaces qui sont là, à notre disposition, et auxquels on ne pense tout simplement pas. Dans un univers où le premier réflexe est de chercher une règle absolue et de considérer la langue comme une toile de pièges, l’auteur cherche à libérer le locuteur-rédacteur qu’est le traducteur, lui apprendre à traiter la langue non pas en adversaire ou en hydre, mais en compagne de jeu qui peut l’emmener n’importe où – pourvu, certes, qu’il respecte un certain code. Mais ce code est un mystère plus qu’un catéchisme. Un mystère en constante évolution et qu’on n’a jamais fini d’élucider.

Comprend un index commun au Traducteur averti et au Traducteur encore plus averti.

En refermant ce deuxième recueil riche en conseils, on ne voit plus la langue française soumise à la traduction comme une réalité figée, asservie à une autre langue et difficilement malléable. On découvre, au contraire, à quel point cette langue recèle des trésors d’expression, joyaux qui échapperont toujours à une machine à traduire.
JEAN DELISLE

Vice-président à la formation et à la qualité au cabinet de traduction Edgar de Québec, François Lavallée, trad. a., enseigne la traduction à l’Université Laval et pour Magistrad, école de formation permanente qu’il a fondée en 2006. Traducteur depuis 1985 et auteur de deux recueils de nouvelles, d’un recueil de fables à la manière de La Fontaine et de deux guides de traduction, il se sert de l’écriture pour partager avec ses confrères et consoeurs, ainsi qu’avec le grand public, sa passion de la langue.

Suivez cet auteur sur Twitter Suivez François Lavallée sur Twitter.
Voir aussi :
Le traducteur averti de François Lavallée
Pratique de la révision de Paul A. Horguelin et Michelle Pharand
Structure et style de Paul A. Horguelin
Une grammaire pour écrire de Robert Dubuc

Attention - Votre version d'Internet Explorer date d'au moins 12 ans et n'est plus compatible avec le site de Linguatech. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.

Vous utilisez présentement Internet Explorer 8, un navigateur web désuet vieux de 8 ans. Notre site peut ne pas bien fonctionner sur cette version. Pensez à mettre à jour votre navigateur : Firefox, Chrome, ChromeFrame.