Retour à la fiche du livre

Quand la fontaine coule dans la vallée

Les deux oisillons

« Regarde celui-là, n’est-ce pas le plus beau? »
Ainsi parlait un jour, sur un ton arrogant,
Un certain oisillon à son frère jumeau,
Voyant du haut du nid, en bas parmi les glands,
Oisif, juteux à souhait, un ver des plus tentants.
« Tu vois que nos parents sont des incompétents!
Ils vont chasser au loin, pendant qu’on les attend,
Pour nous ramener quoi? Des avortons miteux
Quand un morceau de roi est là droit sous nos yeux.
J’y vais.
– Mais tu es fou! dit l’autre. Au moins si tu avais
Quelques plumes de plus sur tes ailes fragiles!
Si tu veux être assez agile
Pour te jeter en bas sans courir au trépas,
Tu dois savoir voler! Ne précipitons pas :
Tu veux prendre l’essor? Il faut d’abord l’apprendre
Et fendre l’air à petits pas.
– Je veux ce ver, je vais le prendre.
Tu me fais rigoler avec tes vols oiseux!
On ne fait jamais rien quand la crainte nous ronge.
Regarde bien : je te l’enfile en moins de deux! »
Il plonge.

Cinq ou six jours plus tard, l’autre oiseau, le peureux,
D’un vol gracieux et sûr alla cueillir le ver
Qui paressait encore auprès du téméraire
Ou, plus exactement, de ses restes osseux.
Le ver s’avéra savoureux.
Voyant d’un œil à peine ému
La carcasse frangine à l’audace immolée,
Le jeune et sage oiseau mâchonna, bien repu :
« Il ne l’a pas volé. »

Attention - Votre version d'Internet Explorer date d'au moins 13 ans et n'est plus compatible avec le site de Linguatech. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.

Vous utilisez présentement Internet Explorer 8, un navigateur web désuet vieux de 9 ans. Notre site peut ne pas bien fonctionner sur cette version. Pensez à mettre à jour votre navigateur : Firefox, Chrome, ChromeFrame.